Coronavirus : les meilleurs compléments alimentaires pour y faire face selon la science !

Article mis à jour le 29/05/2020

Excellente nouvelle en ces temps de pandémie de coronavirus (Covid-19) ! Deux scientifiques américains ont publié il y a quelques semaines une méta-analyse [1] très importante portant sur 39 études sérieuses. Cette publication met en évidence les nutriments qui contribuent efficacement au bon fonctionnement du système immunitaire, en particulier lors d’infections par des virus à ARN (coronavirus, grippe…). Notons que d’autres membres de cette famille de virus à ARN (appelés également ribovirus) sont responsables du SRAS, d’Ebola, de l’hépatite C, de la rougeole, de la poliomyélite ou encore de la fièvre du Nil occidental.

Les meilleurs compléments alimentaires pour une bonne immunité pendant cette pandémie de coronavirus

Les chercheurs recommandent ainsi de se supplémenter en :
  • Spiruline riche en phycocyanine (minimum 14%);
  • Acide férulique, acide lipoïque ou sulforaphane (un des trois nutriments);
  • N-Acétylcystéine (NAC);
  • Sélénium ;
  • Glucosamine.

Ils ajoutent trois autres complémentaires alimentaires pour soutenir l’immunité : le zinc, les bêta-glucanes extraits de la levure boulangère et l’extrait de baies de sureau.

photo de capsules de compléments alimentaires pour lutter contre le coronavirus corvid-19

Les posologies recommandées par les scientifiques

Je vous donne ici la liste complète qu’ils présentent. Il s’agit pour la plupart de compléments alimentaires ‘industriels’. J’ai donc ajouté quelques commentaires et indications pour obtenir les nutriments en question dans votre alimentation quand cela est possible. Celles et ceux qui me connaissent savent que je privilégie toujours l’alimentation et une plante entière (totum) à la consommation de compléments alimentaires de synthèse. Il existe cependant des cas où les concentrations naturelles ne sont pas assez efficaces ou qu’il faille consommer trop d’un aliment pour que cela soit tenable ou même accessible…

Spiruline – 15g/jour

Nous savions que la spiruline contribue au bon fonctionnement du système immunitaire (EFSA). C’est donc sans surprise que nous la retrouvons dans cette liste. La spiruline est d’ailleurs le seul aliment complet qui s’y trouve (les autres nutriments étant tous des compléments alimentaires).

Notez que la posologie recommandée par les chercheurs est basée sur une spiruline à 14% de phycocyanine et que si votre spiruline n’en contient pas, elle ne sera pas efficace. Comme je le dis souvent, vérifiez toujours le taux de phycocyanine et n’achetez pas de spiruline si celui-ci n’est pas indiqué sur l’étiquette ou la page produit.

Note : La spiruline Dihé présente en moyenne 20% de phycocyanine. Vous pourriez ainsi même prendre moins de 15g/jour (5cc bombées de paillettes) de spiruline et ramener alors la posologie à 11g/jour (4cc environ).

Dihé vous propose une spiruline d’une qualité exceptionnelle cultivée de manière artisanale dans son environnement naturel. Son goût est particulièrement doux et très apprécié de nos clients. C’est aussi une des rares spirulines garantie sans métaux lourds ni additifs.

Essayez-la, vous l’adorerez !

Acide férulique – 500 à 1000mg/jour

Il s’agit d’un métabolite issu de la digestion d’anthocyanes, le pigment bleu noir de nombreuses baies (aronia, sureau, mûres, myrtilles,…). Je n’ai pas réussi à trouver les quantités de fruits qu’il faudrait consommer mais cela semble difficile d’en consommer suffisamment pour atteindre ces taux.

Acide lipoïque (ou acide alpha-lipoïque)  – 1200 à 1800mg/jour

Il s’agit d’un antioxydant puissant à la fois soluble dans l’eau (hydrosoluble) et dans les graisses (liposoluble). Antioxydant universel, il est ainsi capable d’accéder à toutes les zones des cellules pour y neutraliser les radicaux libres. L’acide alpha-lipoïque intervient également dans le renouvellement d’autres antioxydants, en particulier le glutathion ainsi que les vitamines C et E.

Ce nutriment est présent dans presque tous les types d’aliments mais à des doses infimes. Il faudrait par exemple 10 tonnes de foie (l’aliment le plus riche) pour obtenir 30mg d’acide alpha-lipoïque. On le synthétise donc par voie chimique.

Sulforaphane

Composé soufré fortement antioxydant, son précurseur (la glucoraphanine, de la famille des glucosinolates) est principalement présent dans les brocolis. Les auteurs de l’étude n’ont cependant pas précisé de posologie pour ce nutriment. Selon mes recherches, la recommandation habituelle est de 50 à 100mg/jour de glucosinolates de brocoli. Il faudrait consommer 450g à 900g [1] de brocoli cru chaque jour pour obtenir les doses recommandées. Cela fait une portion conséquente.

Pour rester dans l’alimentation naturelle, deux solutions s’offrent à vous:

  • Consommez le brocoli en jus réalisé avec un extracteur, en deux à trois fois ou
  • Privilégiez les germes de 3 jours de brocolis crus qui contiennent 10 à 100 fois plus de glurophanine que le brocoli ‘adulte’ [2]. En moyenne, cela équivaudrait à consommer 80g à 160g de graines de brocoli germées par jour, à réduire en jus à l’extracteur.

L’alternative, plus pratique, serait de se tourner vers un complément alimentaire.

N-Acétylcystéine (NAC) – 1200–1800 mg/jour

Autre puissant antioxydant, la NAC est considérée comme un des médicaments essentiels par l’OMS [3]. Il n’existe aucun aliment contenant de l’acétylcystéine. Seule la cystine, l’acide aminé précurseur, existe naturellement. Les meilleures sources végétales sont les graines de moutarde (680mg/100g), la spiruline (673mg/100g), les noix (484mg/100g) et le germe de blé (458mg/100g). Quant aux meilleures sources animales, il s’agit de la morue séchée (673mg/100g), des rognons de porc (557mg/100g), du bifteck (524mg/100g) et du foie de veau (490mg/100g). Sachant qu’il ne s’agit que d’un précurseur, il faudrait consommer des quantités intenables, voire non recommandée de ces aliments chaque jour pour espérer synthétiser suffisamment de NAC. On se tournera donc ici aussi vers de la supplémentation par voie chimique.

Sélénium – 50 à 100µg/jour

Le sélénium est un oligo-élément indispensable au bon fonctionnement de notre organisme.

Il est reconnu par les autorités de santé européennes (EFSA) comme contribuant notamment au fonctionnement normal du système immunitaire, à la protection des cellules contre le stress oxydatif ainsi qu’à une fonction thyroïdienne normale.

La meilleure source de sélénium, et de très loin, est la noix du Brésil qui en contient 95µg en moyenne. La difficulté ici est qu’il s’agit d’une moyenne et que la teneur peut varier fortement d’une noix à l’autre. Personnellement, j’en consomme deux par jour quotidiennement.

Glucosamine – Minimum 3g/jour (Maximum 10g/jour)

La glucosamine n’existe pas à l’état naturel. Elle est synthétisée par l’organisme à partir du glucose et d’un acide aminé, la glutamine. Son rôle premier dans notre corps est de maintenir le cartilage de toutes les articulations et sa production diminue avec l’âge. Les dernières recherches suggèrent cependant qu’en supplémentation à haute dose, la glucosamine « pourrait aider à prévenir et à combattre les infections de virus à ARN ». [4]

Au vu de la quantité nécessaire pour une efficacité thérapeutique, je vous recommande de prendre un complément alimentaire de glucosamine.

Note pour les végans : La glucosamine est synthétisée en laboratoire à partir de la chitine extraite de la carapace des crustacés (crabes, crevettes, langoustines, homards).

Note pour les personnes allergiques aux crustacés : Une étude de 2006 a démontré que les suppléments de glucosamine synthétisés à partir de la carapace de crevettes ne présentaient pas de danger pour les personnes allergiques aux crevettes [5].

Les trois autres nutriments pouvant contribuer au bon fonctionnement de votre système immunitaire

Bêta-glucane – 250 à 500mg/jour

Comme précisé plus haut, les chercheurs américains recommandent « en bonus » une supplémentation en bêta-glucane, extrait de levure boulangère (Saccharomyces cerevisiae). Il s’agit d’un autre puissant immunostimulant dont les propriétés sont connues depuis plusieurs dizaines d’années. Elles ont fait l’objet de centaines de publications qui montrent que ce complément alimentaire  induit une réponse immunitaire intensifiée, particulièrement en augmentant la production de cellules naturelles tueuses (les NK cells) ainsi qu’en accroissant la capacité et la rapidité des cellules immunitaires à détruire les intrus.

Zinc – 30 à 50mg/jour

Il est également important de s’assurer de vos réserves de zinc, surtout chez les plus petits et les personnes âgées. Cet oligo-élément est en effet essentiel pour le fonctionnement et la synthèse de nombreuses cellules immunitaires. [6-7]

Près de 10% de la population française manque de zinc. Les personnes à risque de déficit sont les végétariens/végétaliens, les personnes âgées, les personnes souffrant de troubles ou maladies intestinales, les personnes avec des maladies chroniques du foie, des reins ou encore celles qui ont eu une chirurgie bariatrique.

Hormis ces cas particuliers, une supplémentation en zinc via un complément alimentaire n’est en général pas nécessaire. Il suffit de veiller à ses apports par le biais des diverses sources alimentaires de zinc. Voici ci-dessous les principales.

Les meilleures sources animales sont les huîtres (39,30mg/100g), le foie de veau (12,02 mg/100g), les morceaux de bœuf à ragoût (9,25mg/100g.), le crabe (7,62 mg/100g) et le steak haché (4,12 mg/100g).

Les meilleures sources végétales sont le germe de blé (16,7 mg/100 g), les shiitakes séchés (7,66 mg/100g), les graines de courges (7,64 mg /100 g) ainsi que les lentilles vertes (5,5 mg/100 g)

Note : les condiments Dihé en contiennent également de fortes doses telles  la lévaline (10mg/100g) et la grainaline (5mg/100g).

Extrait de baie de sureau – 600 à 1500mg/jour

Les auteurs de l’étude mentionnent également le potentiel de préparations à base de plantes dans le combat ou le soulagement des symptômes des infections de la grippe et d’autres virus à ARN, « pour des raisons qui restent obscures » précisent-ils [8].

L’extrait de baies de sureau a retenu plus particulièrement leur attention. Les chercheurs supposent que son efficacité contre les virus à ARN proviendrait de sa richesse en anthocyanes (le pigment bleu qui permet notamment la synthèse de l’acide férulique vu plus haut).

J’espère que ces informations vous seront utiles pour prendre soin de vous et de vos proches.

Bonne santé à tous et à bientôt !

[1] Mark F.McCarty,  James J.DiNicolantonio, Nutraceuticals have potential for boosting the type 1 interferon response to RNA viruses including influenza and coronavirus, Science Direct, 20 Février 2020

 [2] Herr I1, Büchler MW, Dietary constituents of broccoli and other cruciferous vegetables: implications for prevention and therapy of cancer, Cancer Treatment Reviews 2010 Aug;36(5):377-83. doi: 10.1016/j.ctrv.2010.01.002. Epub 2010 Feb 20.

[3] Jed W. Fahey, Yuesheng Zhang, and Paul Talalay, Broccoli sprouts: An exceptionally rich source of inducers of enzymes that protect against chemical carcinogens, Proceedings onf the National Academy of Sciences of the USA, 1997 Sep 16; 94(19): 10367–10372.

[4] Organisation Mondiale de la Santé, « Liste modèle des médicaments essentiels », 18ème liste, avril 2013

[5] A. Katoh, H. Kai, H. Harada, H. Niiyama, H. IkedaOral administration of glucosamine improves vascular endothelial function by modulating intracellular redox state, Int Heart J, 58 (6) (2017 December 12), pp. 926-932

[6] Do shrimp-allergic individuals tolerate shrimp-derived glucosamine? Villacis J, Rice TR, et al. Clin Exp Allergy. 2006 Nov;36(11):1457-61.

[7] A.S. Prasad, F.W. Beck, B. Bao, et al.Zinc supplementation decreases incidence of infections in the elderly: effect of zinc on generation of cytokines and oxidative stress, Am J Clin Nutr, 85 (3) (2007 March), pp. 837-844

[8] B. Bao, A.S. Prasad, F.W. Beck, et al.Zinc decreases C-reactive protein, lipid peroxidation, and inflammatory cytokines in elderly subjects: a potential implication of zinc as an atheroprotective agent, Am J Clin Nutr, 91 (6) (2010 June), pp. 1634-1641

[9] P.C. LeungThe efficacy of Chinese medicine for SARS: a review of Chinese publications after the crisis, Am J Chin Med, 35 (4) (2007), pp. 575-581

, , ,
Article précédent
Coronavirus : Optimisez vos défenses immunitaires !
Article suivant
Résilience & Hygiène des voies respiratoires – Les 5 astuces à connaître

Related Posts

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.
Menu